ÉTUDIANT D’UN JOUR
Date(s) où je suis disponible*
#carrièresanté

Blogue

comité justice sociale2020
Ça bouge sur le campus de Moncton ! À l’occasion de la Semaine du travail social, les étudiants engagés dans le projet de Justice sociale organiseront du 16 au 20 mars, différentes activités pour sensibiliser, entre autres, aux défis que vivent quotidiennement les étudiants internationaux et les étudiants à mobilité réduite. Explications avec Samantha Chevarie, coordinatrice du projet de Justice sociale.

robes rougesQu’est-ce que le projet de Justice sociale ?

Vous avez peut-être remarqué les robes rouges suspendues aux arbres du campus, en début d’année ? C’était nous ! Nous faisons cela depuis trois ans : ces robes rouges, inspirées du REDress Project de l'artiste Jaime Black, ont pour but de faire réfléchir le campus sur les violences dont sont victimes les femmes autochtones. Ce n’est là qu’une des nombreuses actions que nous organisons ! Pour résumer, le projet de Justice sociale a été mis en place avec l’École de travail social, dans le but de sensibiliser les étudiants aux défis de société qui les entourent sur le campus même de l’Université de Moncton. Et, ils sont nombreux !

Comment allez-vous aborder cette année la Semaine du travail social ?

Cette année, la Semaine du travail social a pour thème l’ouverture à l’autre. Sur la base de témoignages recueillis sur le campus, nous avons identifié deux grands sujets sur lesquels nous aimerions attirer l’attention du campus : les défis que doivent relever les étudiants internationaux, et les difficultés que vivent les étudiants à mobilité réduite.

Quels seront les temps forts ?

Les activités débuteront le lundi 16 mars, avec une conférence donnée par l’artiste Xavier Gould, mieux connu sous le nom de son personnage Jass-Sainte Bourque, qui prépare actuellement la première pièce de théâtre queer acadienne. Durant la journée, les étudiants pourront découvrir les bienfaits de la zoothérapie. Le soir, nous invitons tous ceux qui le souhaitent à participer à la « Soirée Infusion » : des étudiants internationaux et venant d’ailleurs dans la province du Nouveau-Brunswick partageront leurs témoignages, et des activités seront organisées pour mieux comprendre leur quotidien.

Mardi, Erica Richard, étudiante à mobilité réduite inscrite à l’École de travail social présentera les défis auxquels elle est confrontée sur le campus, avec à cœur la diffusion d’un message positif et riche d’idées novatrices.

Mercredi, une activité de yoga sera organisée le matin, suivie d’une conférence donnée par l’Association des travailleuses et travailleurs sociaux du Nouveau-Brunswick (ATTSNB). Louis J. Richard, présentera également son dernier ouvrage portant sur l’histoire du travail social. 

La journée de jeudi (journée de partenariat avec le Ministère du Développement Social) marquera la fin des activités, avec une cérémonie de clôture.

Pourquoi participer ?

Le campus est à l’image de la société : diversifié ! Ouvrir les yeux sur les réalités, débattre, réfléchir à des pistes de solution, c’est prendre conscience que chacun, à son niveau, peut agir pour une société plus juste. C’est devenir citoyen du monde ! 

Pour information :

Le projet de Justice sociale recrute chaque année !

Vous souhaitez vous engager à travers un projet qui a du sens ? Le Projet de Justice sociale est fait pour vous, que vous soyez inscrit ou non à l’École de travail social ! Chaque année, le projet recrute, car il a besoin de toutes les énergies pour mettre en œuvre ses activités et en créer de nouvelles ! Il est aujourd’hui organisé autour de deux comités, chacun réunissant une dizaine d’étudiants : le Comité communautaire, qui organise différentes activités de bénévolat, et le Comité de la Semaine de travail social. Deux façons complémentaires de s’impliquer, tout en enrichissant son réseau et en développant ses compétences professionnelles et citoyennes.  Cassandra McGraw, membre du Comité communautaire, témoigne : « Ce projet me permet de m'engager et de redonner à ma communauté ! Je suis fière d’appartenir à un groupe de personnes qui sont tout aussi passionnées par le travail social que moi. Comme étudiante en travail social, le comité me donne la chance d'aider les gens dans le besoin autour de moi, avec des petits gestes qui comptent. » Mylène Michaud, membre du comité de la Semaine du travail social ajoute : « Ce projet est une belle occasion pour moi de m'impliquer dans mon programme tout en venant chercher mes intérêts. Il m'a fait sortir de ma zone de confort étant donné que je suis seulement dans ma 1re année de baccalauréat en travail social. Grâce à ce projet, j'ai aussi eu la chance de rencontrer de nouvelles personnes ».


(Afin d'alléger le texte, et vous garantir un meilleur confort de lecture, le masculin est utilisé pour désigner les hommes comme les femmes).